Senegal tag

Séminaire: Anthropologie et histoire du Sahel Musulman (du Sénégal au Soudan) : hiérarchies sociales, « castes » et esclavage. Jeudi 13 décembre 2012

Tuesday, December 11th, 2012

Cette contribution portera sur les stratégies contemporaines d’appropriation par divers groupes de descendants d’esclaves des Peuls du Mali Central des ‘marqueurs de distinction’ des gens libres comme, par exemple, la revendication d’origines ancestrales par ascendance patrilinéaire. Ces revendications émanent de groupes qui occupent une position assez ‘haute’ dans la hiérarchie des descendants d’esclaves (affranchis et membres de la cour royale notamment) et sont nouvelles par rapport aux silences qui entourent au sein de la société peule le passé de l’esclavage interne. Ces silences se manifestent dans plusieurs domaines, comme l’absence des noms de famille (patronymes) ou celle d’une identité revendiquée sur la base de l’ancestralité. La stigmatisation à laquelle, jusqu’à aujourd’hui, est associé le statut d’esclave a notamment découragé pendant longtemps les descendants d’esclaves de toute initiative de recherche généalogique. Á l’inverse, ils ont plutôt cherché à cacher un passé honteux marqué par la défaite et la subordination : anonymat, emprunt du passé des maitres…

Read the rest

Séminaire: Anthropologie et histoire du Sahel Musulman (du Sénégal au Soudan) : hiérarchies sociales, « castes » et esclavage – 22 Novembre 2012

Wednesday, November 21st, 2012

L’exposé sera consacré à la comparaison de deux formes d’altérité. La première distingue les boutiquiers de quartier de leurs clients, les premiers étant, à Dakar, presque systématiquement présentés comme des personnes d’origine étrangère (Mauritanie, Guinée…). La seconde est liée aux « castes » et distingue, en terme de statut, les griots (gewël) de leurs « patrons » (géér). Je m’interrogerai sur la différence et la
pérennité de ces deux relations d’altérité afin de préciser la nature de la relation entre géér et griots. Je m’intéresserai ensuite au caractère indispensable du truchement des griots dans de nombreux contextes (discours, cérémonies familiales, rituels musulmans, danses…). Je discuterai enfin l’hypothèse selon laquelle cette relation hiérarchique de caste peut être comprise comme constitutive d’une forme d’ordre social global dans le contexte urbain et atomisé de Dakar.

Read the rest

Seance: Anthropologie du Sahel Musulman (Sénégal, Mali, Mauritanie) : migration, parenté et hiérarchies sociales

Tuesday, February 14th, 2012

Tout en revisitant les recherches fondatrices sur la communauté mouride du Sénégal, notre étude s’inscrit dans une nouvelle optique : basée sur plusieurs observations participantes menées entre 2004 et 2012, elle vise à démontrer les “réalités” vécues par les disciples à travers leur “Tarbiya” (formation spirituelle) au sein de cette communauté. Dans cette intervention, nous mettrons l’accent sur ce que nous appellerons “le récit du corps” : l’usage du corps et des espaces dans les rites, les “vécus internes” des disciples et leurs représentations corporelles, leurs évolutions personnelles, leurs quotidiens et leurs choix de vie… À travers cette démarche empirique, nous tenterons de démontrer, au plus près de la réalité, une vision (du corps, de l’homme et du monde) qui se conjugue à travers une manière d’être “mouride” dans ses dimensions multiples: corporelle, spirituelle, langagière et symbolique.

Read the rest

Review of Ghislaine Lydon’s “On Trans-Saharan Trails” by Amanda Rogers

Thursday, July 8th, 2010

Ghislaine Lydon’s “On Trans-Saharan Trails” not only fills a gap in knowledge of premodern Saharan economic history, but also bridges the cultural and historical terrains of the region in a manner relevant to a variety of disciplines. Chapter 1 introduces the central argument, presents the methodological premises, and deconstructs predominant myths plaguing the study of Saharan history. Lydon posits that Arabic literacy and Muslim religious institutional frameworks enabled the success of trans-Saharan trade despite the lack of shared currency and unified state systems, allowing for the cultivation of trust-based relationships between Muslims and Jews in a “paper economy of faith” that facilitated commercial transfers across wide distances (p. 3). The text focuses on nineteenth-century Wad Nun, a regional network of traders whose caravans circulated throughout the areas of northern and western Africa, today encompassing Mauritania, Senegal, Mali, and Morocco.

Read the rest