Séminaire: Anthropologie et histoire du Sahel Musulman (du Sénégal au Soudan) : hiérarchies sociales, « castes » et esclavage. Jeudi 13 décembre 2012

11 December 2012

Anthropologie et histoire du Sahel Musulman (du Sénégal au Soudan) : hiérarchies sociales, « castes » et esclavage. Séminaire du CEAf pour l’année universitaire 2012/2013

Jean Schmitz (directeur de recherche à l’IRD, CEAf), Elena Vezzadini (post-doctorante à l’Université de Bergen, CEAf), Olivier Kyburz (maître de conférence à Paris X-Nanterre, LESC), Ismaël Moya (chargé de recherche au CNRS, LESC)

Les séances du séminaire ont lieu le second et quatrième jeudi du mois de 15h à 17h, salle du Centre d’Études Africaines au 2e étage du 96 Bd Raspail 75006-Paris, du 8 novembre 2012 au 13 juin 2013

Jeudi 13 décembre 2012

Lotte Pelckmans (postdoctorante CEAF-EHESS/ Institute of History, Leiden University)

Comment hérite-t-on un statut social ? Origines, appartenances et parenté comme moyen de recréation des hiérarchies sociales internes aux descendants d’esclaves peuls au Mali Central

Cette contribution portera sur les stratégies contemporaines d’appropriation par divers groupes de descendants d’esclaves des Peuls du Mali Central des ‘marqueurs de distinction’ des gens libres comme, par exemple, la revendication d’origines ancestrales par ascendance patrilinéaire. Ces revendications émanent de groupes qui occupent une position assez ‘haute’ dans la hiérarchie des descendants d’esclaves (affranchis et membres de la cour royale notamment) et sont nouvelles par rapport aux silences qui entourent au sein de la société peule le passé de l’esclavage interne. Ces silences se manifestent dans plusieurs domaines, comme l’absence des noms de famille (patronymes) ou celle d’une identité revendiquée sur la base de l’ancestralité. La stigmatisation à laquelle, jusqu’à aujourd’hui, est associé le statut d’esclave a notamment découragé pendant longtemps les descendants d’esclaves de toute initiative de recherche généalogique. Á l’inverse, ils ont plutôt cherché à cacher un passé honteux marqué par la défaite et la subordination : anonymat, emprunt du passé des maitres…

L’exposé explorera les stratégies émergentes de ‘revendication’ mises en ¦uvre par des familles d’esclaves affranchis et des familles d’esclaves ‘royaux’. Celles-ci ont développé des stratégies matrimoniales endogames pour éviter de ’souiller’ leur condition, qu’ils considèrent supérieure a celle des autres groupes d’esclaves. Leurs pratiques d’assimilation aux libres leur ont par ailleurs permis de fonder une nouvelle lignée afin de se distinguer de ceux qui subissent le stigma lié au statut social d’esclave. Parallèlement, ces processus accroissent la diversité interne déjà importante du groupe des descendants d’esclaves.

Bibliographie

- Pelckmans L. 2011, “Travelling hierarchies. Moving in and out of slave status in a Central Malian Ful?e network” In African Studies Collection. ASC, vol 34 : Leiden. (http://www.ascleiden.nl/Publications/travelling-hierarchies.aspx)
- Pelckmans L., 2012, ‘”Having a road’ : Social and spatial mobility of persons of slave and mixed descent in post-independence Central Mali”, Journal of African History,
- Pelckmans L., 2013 (forthcoming), “Surnames as a passport to social mobility”, in : A. Bellagamba, C.Brown, S. Greene, M. Klein (Eds), “Tales of slavery :looking for alternate Tracks”. Trenton: Africa world Press.

Tags: , , , , , , ,

Comments are closed.